Aucun article dans le panier.

Exercices de théâtre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur print

Résumé

Voici nos exercices de théâtre préférés pour les enfants et les grands enfants ; très utiles pour vos ateliers.

Description

Présentation sur trois tons

Les participants auront à dire leur prénom sur trois tons différents. L’animateur peut imposer les trois tons, par exemple : comme un enfant, un superhéros, un monstre (voir notre liste d’émotions). Mais si les participants sont assez avancés, il peut leur demander de choisir eux-mêmes de façon individuelle trois tons. Pour les groupes de débutants, il est préférable de se limiter à deux tons différents ou même un seul ton.

Réchauffement avec un geste et un son

Le groupe est en cercle. Un participant fait un mouvement en utilisant une ou plusieurs parties de son corps. En même temps, il émet un son avec sa bouche. Ensuite, le reste du groupe répète à l’unisson le mouvement et le son. On reprend avec un deuxième participant et ainsi de suite. Pour la bonne marche de cet exercice, il est important de spécifier qu’il faut choisir des mouvements que tous les autres participants peuvent reproduire facilement ; par exemple, le grand écart est à éviter.

Marcher comme

Les participants sont dispersés de façon uniforme dans l’aire de jeu avec au moins une longueur de bras entre chacun. L’animateur, souvent placé debout sur une chaise ou surélevé, va demander aux participants de marcher de différentes manières par exemple : comme tel animal, avec telle émotion ou dans telle situation (voir nos listes d’émotions et de personnages). Particulièrement avec les débutants, il est préférable que les participants n’aient aucune interaction entre eux ; chacun est dans sa bulle. Par contre, avec les plus avancés, il est intéressant de favoriser les interactions. L’animateur aura avantage à souvent ralentir les mouvements, à demander aux participants de marcher moins vite pour leur faire comprendre qu’ils contrôlent ainsi mieux leur corps.

Le miroir

Les participants sont placés en groupe de deux, face à face. L’un est le personnage et l’autre son reflet dans le miroir. Celui qui joue le personnage effectue des mouvements et des actions que son reflet doit suivre et imiter. Les participants qui y arrivent le mieux sont ceux dont les mouvements sont réguliers et plus lents. Après quelques minutes, on inverse les rôles.

Synchronisme 

Cet exercice est un complément du précédent. Toujours par deux, les participants doivent mimer des actions en cherchant le plus haut degré de synchronisme. Exemples d’action : jouer au tennis, transporter un grand morceau de verre, faire un lit…

Speed dating 

Les participants se créent un personnage imaginaire dans leur tête. Au signal de l’animateur, ils se placent par deux. En jouant leur personnage, ils se présentent l’un à l’autre. Au bout d’une minute, l’animateur siffle ou émet un quelconque signal, les participants doivent alors changer de partenaire et se présenter à nouveau. Et ainsi de suite…

La chaîne de mots 

En rond. Les participants doivent, à tour de rôle, lancer un mot en lien avec le mot précédant. Par exemple, un premier participant lance le mot « pomme », le deuxième enchaîne avec « pépin » et le troisième, avec « problème ». L’animateur doit insister sur la spontanéité et non sur la crédibilité des liens entre les mots. Le participant qui n’a pas d’idée peut  vraiment lancer le premier mot qui lui vient en tête provoquant parfois des images inattendues et drôles.

La claque

Placés en rond, les participants s’échangent une claque imaginaire.  Un participant débute avec la claque. Pour l’envoyer , il frappe deux fois dans ses mains qu’il pointe ensuite vers la personne à qui on veut l’envoyer.  Pour confirmer la réception, la personne frappe une fois dans les mains.  Le contact visuel entre l’envoyeur et le récepteur est également très important. Le participant qui a la claque a trois secondes pour la relayer à un autre. Le rythme du jeu doit être vif et rapide.

Sculptures humaines 

On divise le groupe en plusieurs équipes de trois à dix participants.  Chaque équipe nomme un sculpteur ; les autres seront la matière. L’animateur donne un thème, par exemple, les sports ou les fonds marins (voir notre liste de lieux). Le sculpteur de chaque équipe a ensuite quelques minutes pour imaginer et monter une scène immobile en donnant des postures aux autres participants de son équipe qui doivent être très disponibles. À la fin, l’animateur tente de deviner ce que signifie chacune des scènes et en profite pour commenter. Ensuite, on peut recommencer avec de nouveaux sculpteurs et un nouveau thème.

Les niveaux d’émotion

L’animateur demande aux participants placés pêle-mêle dans l’aire de jeu de marcher et d’exprimer des émotions sur une échelle de 1 à 10.  Par exemple, il demande d’exprimer la tristesse de niveau 5, puis de niveau 7, de niveau 2, de niveau 10. Il enchaine avec la colère de niveau 1…Voir notre liste d’émotions.

Le crescendo d’émotion 

Entre cinq et dix participants sont placés côte à côte devant les autres qui servent de public. L’animateur choisit une émotion, par exemple la jalousie. Le participant à l’extrême gauche débute avec une jalousie très timide, le deuxième enchaîne en élevant d’un cran, le troisième continue la montée et ainsi de suite jusqu’au dernier qui doit atteindre une jalousie poussée au maximum.

L’entrevue 

Un participant est assis sur une chaise devant tous les autres.  Il doit d’abord se créer un personnage imaginaire différent de sa propre personne. L’animateur dirige ensuite une entrevue où les autres participants posent des questions au personnage (et non au comédien). Les questions peuvent être très simples : Quel âge as-tu ? Quelle est ta couleur préférée ? Ton métier ? Tes goûts ?

Ali Baba et les 40 imitateurs

Le meneur de jeu est debout sur une chaise ou surélevé. Devant lui, le groupe est divisé en quatre lignes une en arrière de l’autre. Les participants lui font face. Lorsque le meneur fait un geste accompagné d’un son, la première ligne doit l’imiter en chœur, puis la deuxième ligne, la troisième… C’est le principe de la vague humaine. Le meneur enchaîne avec d’autres mouvements. Au début, l’intervalle entre les mouvements est assez lent pour permettre au groupe de suivre. Mais, à mesure que l’exercice avance, on augmentera la cadence afin d’élever le niveau de difficulté. On pourra ensuite changer l’ordre des lignes, car il est plus facile d’être placé en avant.

Devinez le mime ?

L’animateur a préparé des petits cartons où il a inscrit des actions comme « laver la vaisselle » ou « changer un pneu de voiture ». Chacun des participants aura à mimer une action devant les autres qui devront deviner ladite action. Voir notre liste d’actions.

par Luc
 Boulanger

Nous offrons des ateliers de formation en théâtre pour les jeunes, mais également pour les enseignants. Visitez notre section Ateliers de théâtre.